aaa

Démographie

Toutes les communes du nord toulousain affichent une croissance positive de leur population et de leur emploi. Parmi les quartiers toulousains traversés par la voie ferrée, les secteurs de Fondeyre et La Salade présentent les croissances démographiques les plus fortes : supérieures à 8% par an.

Les 4 autres communes directement concernées par le projet comptent entre 2 350 (Lespinasse) et 5 000 habitants (Castelnau d’Estrétefonds, Fenouillet et Saint Jory).

  • A Toulouse : les quartiers traversés représentent 20 à 22 000 habitants (Lalande, Fondeyre, Salade, Les Izards, Borderouge, Raynal…).
  • Les communes qui se situent à l’est de l’A62, le long de la D4 (Aucamville, Launaguet, Castelginest…) constituent de gros foyers de population.
  • Les communes de Castelnau d’Estrétefonds, Gagnac-sur-Garonne, Aucamville et Seilh affichent des taux de croissance de leur population supérieurs à 5% par an.

En deuxième couronne toulousaine (entre 20 et 30 km de Toulouse) la croissance démographique est bien plus rapide que la croissance économique : les populations sont donc tournées vers Toulouse pour les déplacements liés à l’emploi.

 

Les besoins de déplacement du nord de l'agglomération toulousaine

Le pôle d'emploi toulousain : un fort pouvoir d'attraction

Le pôle de Toulouse représente 350 000 emplois avec un pouvoir d’attraction important sur les communes du nord toulousain. Dans ces communes, plus de 30% des actifs travaillent à Toulouse. L’aire d’influence de Toulouse est d’environ 50 kilomètres.

Les flux en direction de Toulouse sont donc largement majoritaires (près de 80%). Les communes d’Aucamville, Castelginest, Launaguet et Saint Alban sont les premières communes en relation avec Toulouse pour les déplacements liés au travail et aux études.

Les communes desservies immédiatement par le fer (Toulouse, Fenouillet, Lespinasse, Saint Jory, Castelnau d’Estrétefonds) représentent 20 % des échanges du secteur nord avec Toulouse, alors que les communes situées un peu plus à l’est génèrent plus de 60 % des déplacements. En revanche, les communes situées à l’ouest de la Garonne représentent le poids le plus faible : moins de 10%. Le manque de liaisons transversales limite l’attractivité du ferroviaire pour ce secteur.

 

Les déplacements du nord toulousain

Les déplacements domicile-études représentent des volumes moins importants que les déplacements domicile - travail. Ces déplacements sont largement orientés en direction de Toulouse. Le Lycée Toulouse-Lautrec est le principal générateur de ces déplacements pour le nord toulousain.

Les résultats d'une enquête sur les déplacements des ménages de l’aire urbaine toulousaine font apparaître que les déplacements pour autres motifs (achats, loisirs, démarches administratives, etc.…) représentent près de 70 % du volume total des déplacements. Ce taux est comparable pour l’ensemble des secteurs de Toulouse. Il est également comparable aux résultats observés sur la plupart des enquêtes ménages réalisées dans les agglomérations au niveau national.